Author

David Louapre

Browsing

Comme vous l’aurez deviné, le sujet du jour est la suite de celui d’il y a 2 semaines. Un sujet en pleine résonance avec l’actualité vénusienne récente, mais ça n’était pas calculé !

https://youtu.be/G7Yw6PPg7JU

Une petite anecdote

Pour commencer, je voudrais vous raconter une petite anecdote amusante concernant la genèse (et l’avenir) de cette vidéo. J’ai découvert les travaux de Stuart Bartlett en écoutant son interview dans le podcast Mindscape de Sean Carroll (que je vous recommande). Il y parlait notamment de son concept de «lyfe», ainsi que de ses travaux sur le modèle de réaction-diffusion de Gray-Scott, et ça m’a tout de suite intrigué !

La nouvelle a fait grand bruit hier, de la vie a été trouvée sur Vénus ! … enfin des traces de vie … enfin des traces d’un composé chimique, la phosphine, qui pourrait être dû à une forme de vie. J’ai lu l’article scientifique paru dans la revue Nature Astronomy [1], alors je vais essayer de vous en faire une restitution. L’idée est surtout de vous montrer comment les chercheuses et chercheurs ont procédé, et…

Qu’est-ce que la vie ? Voilà une question essentielle, notamment en astrobiologie : la discipline qui s’intéresse aux processus pouvant conduire à l’émergence de la vie, en particulier ailleurs que chez nous ! https://youtu.be/xUEu6tSL-Gg En complément de la vidéo, voici quelques précisions concernant des points que j’ai évoqués. Exo vs Astro J’ai eu un petit débat avec moi-même quant à la dénomination du champ disciplinaire. Wikipedia EN me présente « Astrobiology » comme étant la nouvelle appellation…

(Puisque vous êtes là, je vous invite à noter que l’URL du blog a changé !
N’hésitez pas à mettre à jour vos signets)

Il y a 10 ans jour pour jour, j’écrivais le premier billet de « Science étonnante » ! Un court texte dans lequel j’annonçais mes intentions, qui étaient à l’époque plutôt modestes. Et dans la foulée je publiais mon premier « vrai » billet consacré à l’ornithorynque ; j’y commentais en particulier une étude toute fraiche sur le séquençage de son génome.

En relisant ces deux billets avec 10 ans de recul, j’ai finalement l’impression d’être resté relativement fidèle à l’ambition, mais aussi à la manière de faire que j’avais imaginée.

La vidéo du jour s’attaque à un des 7 problèmes « à 1 million de $ »…enfin « s’attaque »… façon de parler !

https://youtu.be/AgtOCNCejQ8

Les classes de complexité

Il y aurait des dizaines de chose à ajouter à ce que j’ai dit au sujet des classes de complexité. Je voudrais commencer par une qui n’est pas a priori évidente ou très connue : stricto sensu, la définition des classes P et NP (et la question P=NP qui va avec) ne concernent que les problèmes de décision.

Un problème de décision, c’est un problème dont la réponse est « oui » ou « non ». Par exemple : est-il possible de satisfaire telle formule booléenne ? est-il possible de remplir le sac-à-dos en respectant les contraintes de place et de butin minimal ?

La vidéo du jour parle d’une expérience de mécanique quantique totalement troublante, époustouflante…et bizarrement très peu connue !

https://youtu.be/hB1kmGzpIrw

Evidemment, bien qu’elle fasse tout de même 20 minutes, cette vidéo ne fait qu’effleurer le fondement de l’affaire : les inégalités de Bell. Il y aura une vidéo plus détaillée là-dessus, et je pense que le résultat est tellement important et beau que je ferai aussi une série de billets de blog pour comprendre ce qui se cache derrière ce théorème aussi important, au sujet duquel le physicien Henry Stapp déclarait

« Bell’s theorem is the most profound discovery of science. »

Rien que ça !

La vidéo du jour est un sujet que j’aime bien, qui permet de parler de physique, de chimie, de bio, d’archéologie et même de religions !

https://www.youtube.com/watch?v=n3z9AEqSwFU

J’ai hésité à en dire plus sur la radioactivité, et puis je me suis dit que je ferai un épisode spécial sur le sujet. Notons tout de même que le carbone 14 est la deuxième plus grosse source de radioactivité de nos organismes, juste derrière le potassium 40. Ce dernier représente 0.01% du potassium naturel, et sa demi-vie est de 1,24 milliards d’années. C’est ce potassium qui rend la banane radioactive, et qui est à l’origine de cette unité appelée la « dose équivalente banane ». Mais la banane n’est pas la denrée alimentaire la plus radioactive (au kg), il s’agirait de la noix du Brésil !

En ces temps troublés, j’ai eu bien du mal à trouver un sujet à traiter qui me motive, et qui nous sorte des réflexions sur le COVID-19. Le salut est finalement venu d’un sujet un peu en dehors de ma zone habituelle…et qui n’est pas sans résonance avec l’actualité !

https://www.youtube.com/watch?v=yeX_Zs7zztY

Tout d’abord, je voudrais remercier celui par qui ce sujet est arrivé à mes neurones : Cyrille Rossant dont l’excellent livre sur le calcul interactif en Python mentionnait l’article de Reinhart et Rogoff comme une bonne raison de s’intéresser de près à la reproductibilité des expériences numériques.

Je crois que j’en avais déjà entendu parler (probablement dans cette tribune), mais l’histoire était sortie de ma mémoire…

Le but de ce billet (un peu inhabituel) est d’illustrer de façon simple l’incroyable efficacité potentielle des mesures de distanciation sociale (limiter les rencontres, hygiène, télétravail, fermeture des écoles…) lorsque l’on est face à une épidémie qui vire à la pandémie. Une épidémie est une réaction en chaîne, et cela change tout sur l’impact potentiel de mesures de ce type, par rapport à d’autres sources de danger. Pour bien le comprendre, imaginons une autre situation…

La vidéo du jour parle d’un sujet que j’avais brièvement évoqué dans mon épisode sur la relativité restreinte, mais qui méritait bien un traitement spécifique : le paradoxe des jumeaux de Langevin.

https://www.youtube.com/watch?v=T-z_zRcLGAk

Et si les jumeaux communiquent ?

(Edit 08/03/20) Je n’avais pas anticipé que tant de gens poseraient la question de ce qu’il se passe si les deux jumeaux communiquent « par téléphone » (ou autre) pour comparer leurs âges en permanence.

Eh bien ça ne marche pas de façon si simple, car la communication ne peut pas aller plus vite que la lumière ! Voici un schéma qui montre à quoi pourrait ressembler la conversation. Au bout d’un an dans son référentiel, le jumeau terrestre envoie un message pour donner son âge (1 an donc). L’autre le reçoit au bout de 2 ans et quelques (dans son référentiel), et décide de répondre. Le jumeau terrestre n’aura la réponse qu’à 5 ans (dans son référentiel).

Temps propre et temps des coordonnées

Il y a un point essentiel à bien comprendre pour saisir toute la saveur du paradoxe des jumeaux, et j’espère avoir réussi à le faire passer dans la vidéo : la différence entre la notion de temps propre, et celle de « temps des coordonnées ».