Voici ma dernière vidéo, qui parle des limites physiques (et pas biologiques !) du record du monde du saut à la perche.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=HTI97yib_rw]

Pour les lycéens fraîchement rentrés, l’occasion de réviser l’énergie cinétique et l’énergie potentielle ! D’ailleurs un truc sur lequel je n’ai pas insisté dans la vidéo, c’est que la hauteur maximale qu’on peut atteindre ne dépend pas de la masse, puisque si on écrit l’égalité du travail de la force de pesanteur et de l’énergie cinétique, on a

\(\frac12 mv^2 = mgh\)

qui bien sûr donne

\(\frac{v^2}{2g}\)

qui ne dépend que de la vitesse du perchiste.

Sinon j’avais un peu détaillé des trucs dans mon vieux billet sur le sujet.

8 Comments

  1. Pingback: Actualités - Dossiers à lire | Pearltrees

  2. Pingback: Jusqu’où ira le record du monde du...

  3. Pour une fois , je suis décu par l’article car il ne répond pas à la question posée en titre. Je m’attendais à une réponse précise comme 6,18 m ….Pour le 100 m, il a été calculé que l’on ne pouvait pas dépasser les 9″45. Le calcul pour le saut en hauteur est donc si délicat que ça?

    • David Reply

      La perspective est différente. Dans le cas du 100m, des gens ont calculé (je ne sais pas comment) une limite physiologique.
      Ce que l’on fait ici, c’est calculer une limite physique pour savoir si la technique peut nous permettre de faire mieux (à « physiologie » donnée). Et la réponse est essentiellement non. La technique (geste + perche) est quasi parfaite puisqu’elle permet d’aller aux limites de ce que la physique autorise.

  4. Dominique Reply

    Bonjour
    J’ai bien compris pourquoi, pour des questions d’énergie, les 6 m et quelques sont une limite. Mais au niveau de la perche quelle est la raison qui fait qu’un sauteur qui en possède une de 8 mètres ne peut franchement dépasser les 5m10 + 1m ?

  5. Par rapport au 100m, la limite physiologique est sûrement prise par rapport à un humain moyen ce qui n’est pas le cas des athlètes. De plus, l’évolution génétique a tendance à modifier nos capacités physiologiques (cela peut se faire sur une échelle de temps assez courte). Cependant, je trouve intéressant de modéliser de tels problèmes d’un point de vue physique. Ce pourrait-être des questions pour les concours des grandes écoles d’ingénieurs.

  6. La démonstration n’est pas probante. En 1920 le titre olympique a été gagné avec 4.09m. D’où vient cette sous-performance ? De la perche essentiellement, en bambou il y a 100 ans en fibre e=de carbone aujourd’hui. La perche « restitue » l’énergie et aide le perchiste à aller plus haut. Donc il faut intégrer dans l’équation l’apport de la perche.

  7. Pingback: Etude du saut à la perche | Sports & Sciences

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.